ELLA

Dans un poulailler, cage grillagée, un lit, un réchaud, une table. Derrière la table, Joseph. Sur la table : gros réveille-matin bon marché, qui fait un tic-tac de fer blanc, boîte de café, moulin électrique, cafetière... Derrière, dans l'ombre, Ella est assise, silencieuse. Joseph est le fils. Mais pas de doute : affublé d'une perruque, il est la mère. Il parle comme la mère, par saccades et détours, il dit son pauvre langage mutilé, toute cette vie de femme détruite, mal aimée, mal mariée, mise sous tutelle, ballottée d'asile en foyer et d'hospice en prison.

Texte : Herbert ACHTERNBUSCH

Traduit de l’allemand par René FIX – Texte publié par L’Arche Editeur

Mise en scène : Philippe ZARCH

Scénographie : Danielle PASQUIER et Philippe ZARCH

Avec : Danielle PASQUIER, Vincent TESSIER

Lumières : Hubert ARNAUD

La Presse

" Ella, c’est la folie qui peu à peu tisse sa toile dans l’espace clos d’un poulailler. Le malaise s’installe, palpable (...) L’enchaînement rapide, presque chaotique du texte de Herbert Achternbusch amène au bord d’un gouffre. Et pourtant on rit ! Comme si rire faisait exploser l’abcès, la tension insoutenable des mots jetés comme des boîtes de fer blanc. "

La Tribune/Le Progrès - Sylvie Milczach

© Compagnie Graine de Malice/Malgraine